Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 16:42

 Une association est un groupement de personnes volontaires réunies autour d’un projet commun ou partageant des activités, mais sans chercher à réaliser de bénéfices. Elle peut avoir des buts très divers (sportif, défense des intérêts des membres, humanitaire, promotion d’idées ou d’œuvres…)

En premier lieu, les associations sont des organismes communautaires et se définissent comme membres d'un mouvement social autonome, c'est-à-dire d'une mouvance collective dont l'action est orientée vers la transformation sociale. Leur intervention ne saurait, en ce sens, se limiter à la satisfaction des besoins sociaux; elle est davantage sociale au sens où leur travail vise, en répondant à des besoins sociaux, à agir sur les structures sociales, à influencer les décisions politiques, à construire un « autrement » qui répondrait mieux aux besoins de l'ensemble des membres d'une société. C'est pourquoi les organismes communautaires constituent une sorte de terrain de recherche et d'expérimentation où s'exerce une vigilance critique constante à l'égard de l'organisation sociale. Ce travail s'enracine dans le désir de changement social issu d'une volonté collective s'exprimant dans le cadre de nombreux débats qui reflètent le souci démocratique animant l'action collective.

Ce désir prend forme à travers une structure originale qui différencie fortement les organismes communautaires des autres organisations de service. Comme ils sont issus de la volonté des communautés et de leurs membres et non de celle de l'État, ils n'appartiennent pas aux structures de l'État et ils ne font pas partie de ce que l'on désigne par les services publics — mais ils peuvent être leurs collaborateurs. Ils constituent des organisations autonomes — mais ils sont encadrés par la loi. Ils agissent comme des institutions de service professionnel — mais ils sont des institutions originales, dirigées « par le bas », dans lesquelles les administrateurs et les dirigeants sont en quelque sorte les délégués des usagers. La Loi sur  les services sociaux reconnaît d'ailleurs cette spécificité des organismes communautaires et, même si elle s'y réfère très brièvement,  Elle reconnait leur caractère à des fins non lucratives dont les affaires sont administrées par un conseil d'administration composé majoritairement d'utilisateurs des services de l'organisme ou de membres de la communauté qu'il  dessert.

L'organisme communautaire est ainsi très différent d'un service public : ses administrateurs premiers sont les utilisateurs des services qu'il offre, les membres de la communauté qu'il dessert. C'est donc à l'ensemble des utilisateurs et des usagers que le conseil doit faire un rapport périodique par la tenue une séance publique d'information à laquelle sont invités à participer les utilisateurs de ses services et les usagers des services qu'il a desservis.

La loi est aussi assez claire quant à la mission des organismes communautaires. Même lorsqu'ils demandent un soutien financier à l'État ou même lorsqu'ils se prévalent du statut d'organisme de charité, la loi reconnaît que leur mission ne doit pas se limiter uniquement aux services qu'ils rendent. Relèvent également de la mission qui leur est reconnue « la défense des droits ou la promotion des intérêts des utilisateurs des services », « la promotion du développement social, l'amélioration des conditions de vie ou la prévention ou la promotion de la santé ». Au regard de la loi, les organismes communautaires peuvent exercer ainsi au moins trois fonctions assez distinctes :

1° ils offrent des services qu'ils considèrent nécessaires parce qu'insuffisants;

2° ils peuvent contribuer à la création d'un esprit de solidarité, d'une mission rassemblant un groupe qui deviendra ainsi un acteur collectif, le protagoniste de cette action qui répond à la mission qu'il s'est lui-même donnée;

3° ils peuvent s'occuper de la défense des droits ou de la promotion des intérêts de leurs utilisateurs.

 

Et cette triple mission, reconnue par la loi, prend forme à travers la reconnaissance d'un droit acquis quant à l'autonomie des organismes communautaires que la loi spécifie clairement : « Un organisme communautaire définit librement ses orientations, ses politiques et ses approches.

 

Une association communautaire est bien une forme d’action collective….

.

Partager cet article
Repost0

commentaires